Seul un travailleur sur 8 serait plus performant que l’intelligence artificielle

novembre 6, 2017 9:00 Publié par Marilyn Remillard Catégorisé dans:

L’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) a récemment publié un rapport stipulant que 13% des travailleurs des pays occidentaux sont aujourd’hui plus compétents que l’intelligence artificielle.

Cette situation n’est pas à venir car celle-ci est déjà effective, selon un rapport de plus d’une centaine de pages publié par l’OCDE le 31 octobre 2017. Ce dossier compile de nombreuses études et autres recherches portant sur les robots et l’I.A. Ainsi, les robots sont déjà plus performants que les humains et dans l’imaginaire collectif, cela ne pouvait arriver que dans quelques années.

Les observateurs espéraient que l’OCDE puisse livrer quelques recommandations pour coopérer avec les I.A et devenir complémentaires, ou encore énoncer les métiers qui seraient épargnés encore quelque temps. En réalité, le rapport est très pessimiste et n’offre pas grand-chose d’autre qu’une liste de problèmes dont les solutions sont assez difficiles à imaginer.

Le dossier indique malheureusement que dans tous les métiers où celle-ci est présente, l’intelligence artificielle utilise des compétences supérieures à l’humain : capacité de calcul, niveau d’instruction (alphabétisation), intelligence sociale ou même dextérité physique. Ainsi, il n’est pas évident de dénoter les métiers qui ne seront pas menacés à l’avenir, en plus de ceux qui le sont déjà.

En 2016, on évoquait déjà des difficultés pour des métiers tels que les caissiers, les chauffeurs de taxis ou encore les télémarketeurs mais l’I.A progresse et se diffuse. Désormais, comme d’autres, des disciplines beaucoup plus pointues sont ciblées telles que la médecine et la radiologie, comme l’avait expliqué à l’assemblée du Sénat en janvier 2017 Laurent Alexandre, fondateur du site Doctissimo.

Dans son nouveau rapport, l’OCDE estime qu’il n’est pas aisé d’évaluer avec précision les capacités des différentes I.A existantes. En effet, les compétences des I.A de supercalculateurs sont par exemple très différentes de celles équipant les assistants virtuels. Il est également compliqué de déterminer à quel point les I.A évolueront et de quelle manière.

L’OCDE explique que les États devront s’atteler à augmenter le niveau d’éducation de leurs citoyens et que pour l’instant, le problème des dérives de l’I.A n’est toujours pas considéré avec grande attention. Au niveau de l’éducation, l’organisation estime qu’il n’existe aucune amélioration et pire encore, qu’une dégradation se produit depuis environ deux décennies.

Sources du contenu : BFM TV – France Info

Source de l’article : Yohan Demeure, SciencePost, 4 novembre 2017