Le blob : une créature qui prouve que la recherche fondamentale peut résulter en application concrète

août 8, 2017 11:45 Publié par Marilyn Remillard Catégorisé dans:

Vous connaissez le blob ? Probablement pas. Le 6 août 2017, Audrey Bélanger, animatrice de l’émission Les années lumière à Radio-Canada, s’est entretenue avec Audrey Dussutour, spécialiste de la cognition animale au CNRS à Toulouse et auteure d’un livre sur le blob. Madame Dussutour s’intéresse normalement aux fourmis, mais cette fois elle nous en apprend sur une créature qui sort de l’ordinaire.

Qu’est-ce que le blob ?

Le blob, c’est cette étrange créature qui n’entre pas dans les cases. Sous ses airs de rien, il démonte les idées reçues et élargit le réel. Ni plante, ni animal, ni champignon, encore moins extraterrestre ou sorti d’une fable ésotérique, il mène sa vie, rampe, mange, g randit, apprend et a son petit caractère.

Diriez-vous que le Blob a une certaine forme d’intelligence ?

Cela dépend de ce qu’on entend par intelligence, s’esclaffe Audrey Dussutour.

Si on voit l’intelligence comme une capacité à résoudre des problèmes, alors oui le blob est intelligent. Le blob est capable :

  • de résoudre des problèmes nutritionnels (si on le plaçait dans une cafétéria, il serait en mesure de construire un régime idéal pour maximiser sa survie);
  • de sortir d’un labyrinthe;
  • de former des réseaux extrêmement optimisé;
  • d’apprendre.

Le blob possède une forme de mémoire nommé habituation. Il s’agit du fait de s’habituer a un stimulus négatif mais inoffensif. Les chercheurs ont trouvé cette forme de mémoire en testant le blob. Celui-ci devait traverser un pont pour se rendre à une source de nourriture mais le pont était couvert de sel (le blob DÉTESTE le sel). La créateur a donc mis beaucoup de temps avant de traverser le pont pour atteindre la nourriture. Le processus a été répété à plusieurs reprises, puis le blob a fini par s’habituer au sel et traverser rapidement.

Quelles sont les Retombées des cherches sur le blob ?

 

Le blob pourrait effectivement nous aider a soigner notre santé et notre environnement. Voici plusieurs applications possibles suggérées :

  • Le blob a des similarité, en terme de vascularisation, avec les tumeurs cancéreuse. Il est donc utilisé par des biophysiciens pour simuler la morphogenèse du réseau de veine qui alimente les tumeurs.
  • En écologie : le blob peut accumuler des métaux lourds toxiques sans que ce soit néfaste pour lui (le blob peut absorber mille fois le taux de zinc par rapport à n’importe quel autre organisme).
  • Beaucoup de gens s’intéresse au réseau veineux du blob pour planifier des réseaux d’eau potable, des réseaux ferroviaires et des réseaux de route.

Écoutez l’entrevue complète sur le site de Radio-Canada.

Source : Radio-Canada, Les années lumière : Le blob, une créature presque extraterrestre, dimanche 6 août, 12 h 44