Les affaires roulent pour les PME québécoises

mars 31, 2017 9:06 Publié par Marilyn Remillard Catégorisé dans:

L’optimisme des propriétaires de petites et moyennes entreprises s’est maintenu en mars au même niveau qu’en février, où il avait déjà fortement progressé. Mais c’est au Québec que le baromètre des affaires affiche le meilleur résultat.

L’indice du Baromètre des affaires, publié par la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI), reste au mois de mars à 62,9 points, soit 2,7 points de plus qu’en janvier.

L’optimisme brille apparemment au Québec, l’indice de la province se classant ce mois-ci dans le peloton de tête à l’échelle nationale (65,7). Les plans d’embauche à court terme sont positifs : 23% des chefs d’entreprise prévoient recruter du personnel, tandis que 8% envisagent des mises à pied.

«Il faut souligner que l’indicateur de la situation générale des affaires affiche le meilleur résultat au pays. En effet, actuellement 54% des chefs de PME estiment que leurs affaires vont bien, alors que seulement 9% pensent le contraire», notent les rapporteurs.

L’indice national reflète le vent d’optimisme qui continue de souffler sur l’Alberta (55,5) ainsi que des gains modérés enregistrés en Ontario (65,6), en Colombie-Britannique (64,9) et en Nouvelle-Écosse (65,9).

Au Québec, au Manitoba et au Nouveau-Brunswick, la confiance des entrepreneurs est à des niveaux assez semblables (65,7, 64,5 et 63,8, respectivement) et en léger recul par rapport à février.

Malgré la tendance à la hausse, la confiance canadienne demeure cependant inférieure aux normes historiques.

Du côté des industries, la chute brutale de l’indice dans le secteur de la construction a été compensée par des gains substantiels dans les secteurs de la fabrication et de l’agriculture.

D’autres indicateurs d’activité montrent que la situation économique s’améliore progressivement. Les plans d’embauche sont remontés à des niveaux à peu près normaux pour cette période de l’année, 21% des chefs d’entreprise comptant embaucher des employés à temps plein au cours des prochains mois, contre 11% qui prévoient des licenciements.

«On constate également de légers progrès au niveau des plans relatifs aux prix et aux salaires , des carnets de commandes et des investissements en capital», soulignent les rapporteurs.

Source : Les affaires, 30 mars 2017