La relève au Gala 2017

La relève au Gala vous est présentée par

Voici la liste des lauréats de la Super Expo-Sciences Hydro-Québec et des clubs étudiants universitaires qui présenteront leur projet durant le cocktail qui précède le Gala des Prix Innovation qui aura lieu le jeudi 30 novembre 2017 au Palais des congrès de Montréal.


 LAURÉATS – SUPER EXPO-SCIENCES HYDRO-QUÉBEC


LIAM SIMARD
CÉGEP DE SAINTE-FOY, SCIENCE DE LA NATURE, PROFIL EVS
PROJET : MARK

Sommaire du projet : MARK est une prothèse novatrice présentant un concept inédit en ce qui a trait aux prothèses des membres supérieurs. En effet, elle se démarque par sa capacité d’adaptation à la croissance des enfants. Le concept est simple, recycler une grande partie des composantes lorsque l’enfant change de prothèse, diminuant de façon significative les coûts de cette dernière. Par la suite, nous avons imaginé une interface de contrôle de la prothèse qui s’avère efficace et simple d’utilisation. C’est à l’aide de l’impression 3D et de composantes électroniques simples comme l’Arduino que nous avons conçu 6 prototypes. Vous l’aurez compris, MARK c’est plus qu’un projet d’expo-sciences, c’est l’ambition de deux jeunes qui veulent créer une prothèse qui peut améliorer les choses. Même après notre expérience à l’expo-sciences nous continuons à développer la prothèse Mark.

Projet de carrière de Liam : J’ai l’intention, après mes études au collégial en science de la nature, d’aller étudier soit en marketing et entrepreneuriat, soit en ingénierie mécanique avec concentration en biologie. Dans le meilleur des deux mondes, faire un baccalauréat en génie puis un MBA serait l’idéal. J’ai l’intention de devenir entrepreneur et de bâtir à partir d’un projet, une entreprise qui aura comme but d’améliorer concrètement la vie quotidienne de la population en proposant de nouvelles technologies.


Sophie Lacroix
École secondaire Pierre-Laporte, Programme enrichi
Projet : Attention, bébé à bord !

Sommaire du projet : Depuis l’arrivée des coussins gonflables dans les voitures, des experts ont recommandé d’installer les sièges d’enfants sur la banquette arrière. Étant moins visible par le conducteur, l’enfant est plus à risque d’être oublié dans le véhicule. Ainsi, le nombre de cas du syndrome du bébé oublié a augmenté depuis les années 1990. Pour éviter que d’autres décès surviennent, nous avons créé un dispositif d’alerte. Nous avons utilisé le poids du conducteur et celui de l’enfant afin d’émettre une alarme sonore lorsque le conducteur omet de prendre son enfant avant de quitter son véhicule.

Projet de carrière de Sophie : Ayant un intérêt pour les sciences, j’aimerais poursuivre mes études en sciences de la santé. Présentement, je participe aux Expo-sciences ce qui me permet de rencontrer plusieurs personnes intéressantes et d’élargir mes connaissances générales afin de faire un choix juste et éclairé pour mon choix de carrière.


Alexandra Harnagea
Collège Édouard Montpetit, Science de la nature
Projet : Triboelectricité : Repliez-vous !

Sommaire du projet : Depuis plusieurs années, le domaine des technologies capables de recueillir l’énergie s’impose comme une priorité dans notre société. La triboélectricité, un concept particulier dans la recherche, serait une alternative viable pour alimenter de petits dispositifs aux batteries polluantes et à capacité limitée. Mon projet vise donc à étudier cet effet en mettant au point des générateurs qui utilisent la triboélectricité, soit la séparation des charges après un frottement, ainsi qu’en analysant les facteurs et les caractéristiques qui influencent leur performance. Par la suite, le générateur le plus efficace a été mis en circuit afin de pouvoir alimenter un dispositif électronique.

Projet de carrière d’Alexandra : Que ce soit en sciences physiques, santé, mathématiques, Alexandra aime apprendre et accumuler des connaissances tout en sortant de sa zone de confort. Motivée par les relations humaines et passionnée par l’étude de la vie, elle envisage une carrière en santé.


Simon Lafontaine
Collège Durocher, Saint-Lambert
Projet : Canna (bis)

Sommaire du projet : L’an dernier, dans le cadre de l’Expo-Sciences Hydro-Québec, j’ai effectué un projet de vulgarisation traitant de la consommation de cannabis chez les 15-24 ans et des facteurs de risque associés. Ce projet avait pour objectif de stimuler la prévention dans les institutions scolaires en permettant de cibler clairement les adolescents et les jeunes adultes à risque de consommation.

Huit grandes catégories de facteurs de risque ont été identifiées, soit les troubles mentaux, le genre, la délinquance et l’esprit de rébellion, les perturbations familiales et le manque de surveillance parentale, les pairs déviants, la disponibilité et les normes sociales, le statut socio-économique familial ainsi que l’exposition prolongée aux médias.

Projet de carrière de Simon : Je me considère comme un passionné des sciences et souhaiterais poursuivre mes études en médecine afin de me spécialiser en psychiatrie. Ce domaine me fascine grandement depuis quelques années, et l’élaboration de mon projet dans le cadre de l’Expo-Sciences n’a fait qu’accroître mon intérêt pour ce champ d’étude.


Marie-Pier Lacroix
École secondaire Pierre-Laporte, Programme enrichi
Projet : Attention, bébé à bord !

Sommaire du projet : Depuis l’arrivée des coussins gonflables dans les voitures, des experts ont recommandé d’installer les sièges d’enfants sur la banquette arrière. Étant moins visible par le conducteur, l’enfant est plus à risque d’être oublié dans le véhicule. Ainsi, le nombre de cas du syndrome du bébé oublié a augmenté depuis les années 1990. Pour éviter que d’autres décès surviennent, nous avons créé un dispositif d’alerte. Nous avons utilisé le poids du conducteur et celui de l’enfant afin d’émettre une alarme sonore lorsque le conducteur omet de prendre son enfant avant de quitter son véhicule.

Projet de carrière de Marie-Pier : Depuis toujours, j’aime m’impliquer auprès des autres. Aussi, j’ai un grand intérêt pour les sciences. Ma participation aux expo-sciences me permet de développer plusieurs aptitudes et d’enrichir mes connaissances. J’aimerais poursuivre mes études dans un domaine scientifique relié à la santé et peut-être devenir chercheuse.


Raphaël Cloutier
Cégep Garneau, Science de la nature, profil sciences et génies
Projet : MARK

Sommaire du projet : MARK est une prothèse novatrice présentant un concept inédit en ce qui a trait aux prothèses des membres supérieurs. En effet, elle se démarque par sa capacité d’adaptation à la croissance des enfants. Le concept est simple, recycler une grande partie des composantes lorsque l’enfant change de prothèse, diminuant de façon significative les coûts de cette dernière. Par la suite, nous avons imaginé une interface de contrôle de la prothèse qui s’avère efficace et simple d’utilisation. C’est à l’aide de l’impression 3D et de composantes électroniques simples comme l’Arduino que nous avons conçu 6 prototypes. Vous l’aurez compris, MARK c’est plus qu’un projet d’expo-sciences, c’est l’ambition de deux jeunes qui veulent créer une prothèse qui peut améliorer les choses. Même après notre expérience à l’expo-sciences nous continuons à développer la prothèse Mark.

Projet de carrière de Raphaël : Suite à mes études en science de la Nature, je souhaite poursuivre mes études dans le domaine qui me passionne : la robotique. Pour ce faire, j’envisage d’entreprendre un baccalauréat en génie robotique à l’Université de Sherbrooke. Ensuite, je vais soit poursuivre avec une maîtrise en génie mécanique ou bien entrer sur le marché du travail. Pour cette deuxième option, j’aimerais travailler sur des robots pouvant améliorer le quotidien des gens.


Louis-Philippe Belley
Séminaire des Pères Maristes
Projet : BlackFly: l’analyseur de gaz

Sommaire du projet : Mon coéquipier et moi avons fait, à partir de zéro, le développement, la conception et la programmation d’un drone muni d’un système de détection des gaz permettant de détecter des incendies et des fuites de gaz ainsi que d’évaluer leur dangerosité. Le drone est muni de systèmes vidéo et d’un GPS et a un train d’atterrissage rétractable et une option « Back to Home » advenant le cas où la connexion avec le transmetteur radio serait rompue. Le contrôleur de vol, pour sa part, est muni d’un magnétomètre détectant l’horizon à partir des champs électromagnétiques de la terre pour aider à sa stabilisation. Le système de détection de gaz est muni de capteur détectant les dérivés de pétrole, les gaz naturels et la fumée.

Projet de carrière de Victoria : À la suite de cette dernière année au séminaire, je prévois aller au cégep Ste-Foy à Québec en science nature. Par la suite, j’aimerais aller à l’université en génie mécanique. Depuis mon tout jeune âge, je démontre un intérêt pour cela alors je compte continuer dans ces eaux-là et aimer ce que je ferai plus tard.


Virginie Paquet
polyvalente Saint-François
Projet : Les exoplanètes

Sommaire du projet : Avec la précieuse aide de M. René Doyon et de sa collègue, Mme Marie-Ève Naud, ma partenaire et moi avons pu élaborer davantage sur l’origine des exoplanètes, si la vie est possible sur celles-ci et comment les identifier dans l’univers. Après plusieurs lectures, recherches et témoignages de ces deux astrophysiciens, nous avons pu expliquer deux manières de trouver de nouvelles planètes : la vélocimétrie et le transit. Ensuite, nous voulions répondre à la question suivante : y a-t-il de la vie sur celles-ci ? À l’aide des critères généraux que les scientifiques ont émis, nous avons exploité les différentes hypothèses pour émettre notre opinion sur la question. Nous sommes arrivées à la conclusion qu’il y a probablement de la vie ailleurs dans l’univers vu l’étude de nombreux systèmes planétaires.

Projet de carrière de Virginie : Dans le futur, je veux absolument faire un métier qui a un rapport avec les sciences. Parmi les métiers que j’affectionne les plus, un ressort beaucoup. J’adorerais devenir dermatologue. Mon rêve serait d’avoir ma propre clinique de dermatologie. Ce métier me permettrait d’exploiter ma passion pour la médecine tout en venant me chercher personnellement à cause des légers problèmes de peau dont je souffre.


Victoria Chouinard
CÉgep Champlain St. Lawrence, Sciences naturelles
Projet : L’ADNe… Euh ! C’est quoi ?

Sommaire du projet : J’ai mis une technique d’échantillonnage à l’épreuve : l’ADN environnemental (ADNe) qui consiste à récolter l’ADN en suspension en filtrant l’eau recueillie et en analysant en laboratoire l’ADN emmagasiné sur le filtre. Avec cette méthode, j’ai analysé l’ADN retrouvé dans l’eau de la rivière St-Charles afin d’identifier et de répertorier les espèces de poissons de cette rivière sur différents sites et de comparer mes résultats avec les espèces échantillonnées par la méthode traditionnelle. J’ai identifié vingt-sept (75 %) des trente-six espèces identifiées par la méthode traditionnelle ainsi que sept autres espèces, dont le gobie à taches noires, une espèce invasive.

Projet de carrière de Victoria : Concernant mes études postcollégiales, je vais assurément poursuivre mes études en sciences. Pour le moment, le génie biomédical est une option que j’envisage. Je souhaite exercer un métier dans lequel je pourrai m’épanouir, avoir des défis à relever et contribuer à faire avancer notre société.


Martina Fazio
Laval Senior Academy
Projet : Daphnia vs Cleaning Product

Sommaire du projet : Ma partenaire et moi avons travaillé sur un projet appelé Daphnia vs Cleaning Products qui était concentré sur les effets des produits chimiques trouvés dans des produits nettoyants ménagers. Ceci a été fait pour découvrir lequel serait le moins toxique pour l’environment en expérimentant plusieurs d’entre eux sur un petite crustacé d’eau appelé Daphnia, aussi connue comme une puce d’eau qui vit dans des lacs et des étangs. Nous avons décidé de les expérimenter sur la Daphnia puisqu’elle a un squelette transparent qui nous a simplifié le processus de compter ses battements de cœur. Ce processus nous a aidés à identifier le niveaux toxique dans chaque produit nettoyant.

Projet de carrière de Rose : Depuis cette expérience qui m’a amenée à rencontrer des érudits en physique et en astrophysique, ces matières ont éveillé en moi un désir plus grand de diriger ma carrière vers ces domaines de recherche. C’est pourquoi, comme mes idoles Stephen Hawking et Hubert Reeves, j’aimerais devenir docteur en astrophysique, même si je sais que le défi est grand.


Jonathan Lévesque
Séminaire des Pères Maristes, chimie-physique et mathématiques-sciences naturelles
Projet : BlackFly: l’analyseur de gaz

Sommaire du projet : Mon coéquipier et moi avons fait, à partir de zéro, le développement, la conception et la programmation d’un drone muni d’un système de détection des gaz permettant de détecter des incendies et des fuites de gaz ainsi que d’évaluer leur dangerosité. Le drone est muni de systèmes vidéo et d’un GPS et a un train d’atterrissage rétractable et une option « Back to Home » advenant le cas où la connexion avec le transmetteur radio serait rompue. Le contrôleur de vol, pour sa part, est muni d’un magnétomètre détectant l’horizon à partir des champs électromagnétiques de la terre pour aider à sa stabilisation. Le système de détection de gaz est muni de capteur détectant les dérivés de pétrole, les gaz naturels et la fumée.

Projet de carrière de Jonathan : Étant passionné de robotique et d’électronique ainsi que par le domaine de la santé, j’ai l’intention d’aller au cégep en Sciences naturelles. À l’université, j’aimerais m’orienter en ingénierie et me spécialiser dans le domaine de la conception applicable à la santé, à l’environnement ou aux communications.


Rose Cloutier
polyvalente Saint-François
Projet : Les exoplanètes

Sommaire du projet : Avec la précieuse aide de M. René Doyon et de sa collègue, Mme Marie-Ève Naud, ma partenaire et moi avons pu élaborer davantage sur l’origine des exoplanètes, si la vie est possible sur celles-ci et comment les identifier dans l’univers. Après plusieurs lectures, recherches et témoignages de ces deux astrophysiciens, nous avons pu expliquer deux manières de trouver de nouvelles planètes : la vélocimétrie et le transit. Ensuite, nous voulions répondre à la question suivante : y a-t-il de la vie sur celles-ci ? À l’aide des critères généraux que les scientifiques ont émis, nous avons exploité les différentes hypothèses pour émettre notre opinion sur la question. Nous sommes arrivées à la conclusion qu’il y a probablement de la vie ailleurs dans l’univers vu l’étude de nombreux systèmes planétaires.

Projet de carrière de Rose : Depuis cette expérience qui m’a amenée à rencontrer des érudits en physique et en astrophysique, ces matières ont éveillé en moi un désir plus grand de diriger ma carrière vers ces domaines de recherche. C’est pourquoi, comme mes idoles Stephen Hawking et Hubert Reeves, j’aimerais devenir docteur en astrophysique, même si je sais que le défi est grand.


Sébastien Galand
Académie Lake Side, programme de baccalauréat international
Projet : Bridging the Gap

Sommaire du projet : L’idée pour le projet « Bridging the Gap » m’ai venue quand j’ai appris que les élèves dans les régions inondables risquaient leur vie pour aller à l’école à cause des terrains qu’ils doivent traverser et des ponts endommagés par les crues des eaux qu’ils sont obligés d’emprunter pour se rendre à l’école. Pour régler ce problème, j’ai conçu et construit un pont qui peut être plié et transporté comme un sac à dos par les élèves. Ils peuvent ainsi le déployer quand ils en ont besoin. Le poids de mon modèle réduit était de 150 g, il pouvait supporter un poids total de 77,23 kg, l’efficience structurelle calculée était de 514,86, ce qui veut dire que le pont peut soutenir 514 fois son propre poids avant de casser. Mon prototype plus grand pesait 15 kg et était, de façon proportionnelle, aussi résistant que le plus petit et dépassait de 1,5 fois le facteur de sécurité.

Projet de carrière de Sébastien : J’aimerai poursuivre mes études post-secondaires au Cégep John Abbott dans le programme de double DEC (Sciences Pures et Sciences Humaines). Ensuite je voudrais poursuivre mes études à l’Université McGill dans un des domaines suivants : Ingénierie Civil, Architecture ou Urbanisme. J’ai toujours été intéressé par les structures et le design et j’aime trouver des solutions innovantes aux problèmes quotidiens auxquels font face les citoyens.


Erika Talatinian
Laval Senior Academy, Route scientifique (chimie et physique)
Projet : Daphnia Vs Cleaning Products

Sommaire du projet : Ma récente expérience scientifique « Daphnia Vs Cleaning Products » porte sur l’environnement et les risques de certains produits nettoyants ménagers. Daphnia Magna (les Daphnies) sont de minuscules crustacés d’eau douce qui vivent dans nos lacs et nos étangs. Dans ce projet, les Daphnies ont été placées dans divers produits nettoyants dilués pour observer comment leurs systèmes nerveux, plus précisément leurs cœurs, réagiraient. La raison de cette expérience est que, quotidiennement, ces produits nocifs sont utilisés et entrent dans nos eaux. Ainsi, ils ont non seulement des effets négatifs sur les Daphnies, mais sur l’écosystème en entier.

Projet de carrière d’Erika : Depuis toujours, je suis passionnée par les sciences. C’est pourquoi il ne fait aucun doute que je poursuivrai une carrière en ce sens. Je suis vraiment intéressée par l’anatomie humaine, ce qui me fait contempler une carrière dans l’obstétrique ou bien dans l’optométrie. Dans un futur plus proche, j’entreprends donc de poursuivre dans un programme de sciences de la santé comme études post-secondaires.


Sandrine Leblanc-Savignac
Collège de Maisonneuve, Sciences de la santé
Projet : Pesticides MenaSangs

Sommaire du projet : Par l’alimentation, la consommation d’eau potable ou en en pulvérisant, la population peut être exposée à l’atrazine et au glyphosate. Après absorption, lorsque ces pesticides se retrouvent dans le sang ou la lymphe, les cellules endothéliales, tapissant les vaisseaux sanguins, les vaisseaux lymphatiques et les cavités du cœur, y sont exposées. Le but de mon projet était donc de déterminer les effets des herbicides atrazine et glyphosate (Roundup) sur les cellules endothéliales humaines, notamment en ce qui concerne la mort cellulaire et l’inflammation, et de déterminer si les deux pesticides en question interagissent.

Projet de carrière de Sandrine: Suite à mes études collégiales, j’aimerais aller étudier en médecine. En effet, la biologie, la santé et la médecine me passionnent et je voudrais devenir médecin pour travailler avec les gens et aider. De plus, je suis aussi très intéressée par la recherche dans des domaines tels que la biotechnologie et la pharmacologie.


Léo Lechaume-Robert
Séminaire des Pères Maristes, Québec
Projet : Si la petite mange la grosse

Sommaire du projet : La tordeuse des bourgeons d’épinette (TBE) ravage les forêts depuis plusieurs décennies. Avec les changements climatiques, elle pourrait agrandir son territoire. Mon premier projet d’expérimentation, en collaboration avec le Centre de foresterie des Laurentides, a pu montrer que la TBE serait capable de se développer sur d’autres espèces, notamment l’épinette noire. Mon second projet s’est intéressé aux parasitoïdes contenant les épidémies de TBE. Mon projet pour l’année 2018, qui sera ma quatrième année de participation aux Expo-Sciences, est en cours de développement avec deux chercheurs de l’Université Laval et porte sur la décomposition des plastiques à partir de parasites.

Projet de carrière de Léo : Mon projet de carrière est de travailler dans un domaine qui va de pair avec mes projets d’Expo-sciences. J’aimerais pouvoir faire avancer la science. Pour cette raison, j’aimerais devenir chercheur dans le domaine de la protection de l’environnement. Je pense que c’est un enjeu très important pour l’avenir. J’aimerais également poursuivre la pratique de mes deux grandes passions : la musique et le sport.


Maya Mikutra-Cencora
Collège Jean-de-Brébeuf
Projet : L’Alzheimer avant la plaque Aβ

Sommaire du projet : Dans mon projet, j’ai étudié le lien entre l’accumulation intracellulaire et extracellulaire du peptide toxique amyloïde-bêta (Aβ) dans l’Alzheimer. Cette maladie est caractérisée par, entre autres, la neurodégénérescence et l’accumulation de ce peptide, l’Aβ, de façon extracellulaire dans le cerveau. Ces accumulations s’appellent des plaques. Par contre, de l’Aβ intracellulaire s’accumule aussi dans les neurones, et ce avant l’apparition de troubles cognitifs et de plaques. Mes résultats explorent l’hypothèse que l’accumulation intracellulaire pourrait être la source des plaques. Dans l’Alzheimer, le phénomène de l’excitotoxicité (surstimulation des neurones) pourrait, en causant la mort des neurones contenant l’Aβ, mener à une diffusion d’Aβ dans le milieu extracellulaire du cerveau et ainsi, éventuellement, à la formation de plaques.

Projet de carrière de Maya : J’ai toujours été très intéressée par les sciences et les mathématiques, alors j’aimerais faire des études dans ces domaines à l’université. Je suis plus particulièrement attirée vers la médecine. En fait, j’aimerais avoir une carrière qui me permettrait d’améliorer les conditions de vie des personnes, de contribuer à leur bien-être et de résoudre des problèmes dans notre société.


Taushia Siddique
Cégep Vanier College, Honours Health Science
Projet : L’or vert du sang blanc ?

Sommaire du projet : « Cancer » : un mot que personne ne voudrait entendre dans toute leur existence. Par contre, si nous vous disions qu’un chemin vers une cure contre celui-ci pourrait pousser dans votre cour-arrière ? « Impossible » est sûrement le terme qui vous vient en tête. C’est pourquoi nous avons décidé de le voir de nos propres yeux en faisant un essai d’inhibition cellulaire sur les cellules cancéreuses de la leucémie aiguë lymphoblastique avec de l’extrait de Tulsi, une plante médicinale très répandu en Asie du Sud-Est et reconnue pour ses nombreuses qualités. Pourrait-il être comme de l’or pour les gens avec du sang un peu plus pâle ?

Projet de carrière de Taushia : Étant encore étudiante au cégep, je suis en train de découvrir les divers chemins qui me sont offerts. Par contre, il est certain que je souhaite poursuivre une carrière en pharmacie ou en médecine. Aussi, mon plus grand rêve serait de travailler dans mon propre laboratoire de recherche où que je poursuivrais mon projet.


Émeric Proulx
Cégep Lionel-groulx, sainte-thérèse
Projet : Hydropulsoréacteur

Sommaire du projet : Ma conception est un moteur d’avion qui utilise de l’hydrogène comme combustible.Les avions commerciaux utilisent du kérosène, qui se transforme en gaz carbonique après sa combustion. Je propose de remplacer le kérosène par de l’hydrogène. Il brûle avec l’oxygène pour faire de la vapeur d’eau seulement. On fabrique de l’hydrogène avec l’électrolyse de l’eau. L’hydrogène peut donc être stocké dans des réservoirs et il peut ensuite être utilisé par des moteurs à réaction pour propulser un aéronef. Afin de potentiellement augmenter l’efficacité énergétique du système, on peut utiliser un moteur à ondes de détonation au lieu des turbo-fans modernes.

Projet de carrière d’Émeric : J’ai​ ​toujours​ ​eu​ ​un​ ​grand​ ​intérêt​ ​pour​ ​la​ ​science​ ​et​ ​la​ ​technologie.​ ​Mes​ ​principaux​ ​domaines d’intérêt​ ​sont​ ​l’électronique,​ ​la​ ​chimie,​ ​la​ ​mécanique,​ ​la​ ​physique​ ​et​ ​l’informatique.​ ​J’ai​ ​essayé de​ ​combiner​ ​ces​ ​divers​ ​intérêts​ ​pour​ ​faire​ ​un​ ​grand​ ​projet​ ​d’expo-sciences.​ ​Je​ ​pense​ ​que​ ​je  peux​ ​dire​ ​que​ ​j’ai​ ​réussi​ ​à​ ​le​ ​faire.​ ​Mes​ ​passe-temps​ ​comprennent​ ​l’apprentissage,​ ​la  construction​ ​de​ ​machines​ ​et​ ​la​ ​programmation.​ ​J’aime​ ​à​ ​penser​ ​que​ ​la​ ​raison​ ​pour​ ​laquelle​ ​j’ai  commencé​ ​à​ ​faire​ ​de​ ​la​ ​foire​ ​scientifique​ ​était​ ​d’augmenter​ ​mon​ ​expertise​ ​à​ ​ces​ ​passe-temps​ ​et en​ ​même​ ​temps​ ​augmenter​ ​mes​ ​compétences​ ​en​ ​matière​ ​de​ ​parler​ ​en​ ​public.​ ​À​ ​l’avenir,  j’essaierai​ ​peut-être​ ​d’améliorer​ ​la​ ​conception​ ​et​ ​la​ ​fonctionnalité​ ​de​ ​mon​ ​projet​ ​pour​ ​voir​ ​s’il​ ​a​ ​le potentiel​ ​d’être​ ​commercialisé.​ ​L’année​ ​prochaine,​ ​j’irai​ ​dans​ ​un​ ​programme​ ​d’informatique​ ​au collège​ ​pour​ ​approfondir​ ​mes​ ​connaissances​ ​en​ ​programmation​ ​et​ ​sur​ ​Internet.


Thanusha Balasubramaniyam
Cégep Vanier College, Programme du commerce international
Projet : L’or vert du sang blanc ?

Sommaire du projet : « Cancer » : un mot que personne ne voudrait entendre dans toute leur existence. Par contre, si nous vous disions qu’un chemin vers une cure contre celui-ci pourrait pousser dans votre cour-arrière ? « Impossible » est sûrement le terme qui vous vient en tête. C’est pourquoi nous avons décidé de le voir de nos propres yeux en faisant un essai d’inhibition cellulaire sur les cellules cancéreuses de la leucémie aiguë lymphoblastique avec de l’extrait de Tulsi, une plante médicinale très répandu en Asie du Sud-Est et reconnue pour ses nombreuses qualités. Pourrait-il être comme de l’or pour les gens avec du sang un peu plus pâle ?

Projet de carrière de Thanusha : Je suis une étudiante dans le programme du commerce international, un champ d’étude qui m’intéresse énormément. Il n’y a pas que cela qui me passionne dans la vie; la science m’intrigue beaucoup aussi. Malgré ma timidité, les Expo-Sciences m’ont appris à socialiser et à surpasser ma gêne. J’ai pu développer une confiance et j’aimerais pouvoir mettre mes talents à l’épreuve au cours de mon parcours de scientifique en herbe.


Éric Zhuang
Marianopolis, Science naturelle
Projet : Recyclage des coquilles d’œufs

Sommaire du projet : Pour vous mettre en situation, environ 15 000 tonnes de coquilles d’oeufs sont rejetées chaque année au Canada. À ce jour, ces coquilles sont acheminées vers des sites d’enfouissement.Toutefois, un enjeu est généré, car les coquilles d’oeufs attachées à leur membrane protéique peuvent attirer des vermines. Puis, une fois les membranes digérées par les vermines, des toxines seront relâchées dans l’environnement. De plus, ces coquilles d’oeufs ne possèdent aucune valeur et ces dernières sont considérées comme des déchets. Mon projet se résume donc à trouver une solution durable pour séparer la membrane de sa coquille sans traitement chimique avec un prototype qui s’inspire du mécanisme d’hydrocyclone, un procédé minéralurgique qui est souvent servi à séparer le minerai de la gangue. En les séparant, nous pouvons transformer chaque partie de la coquille d’oeuf en produit fini, qui seront utiles dans diverses industries à travers le monde. C’est une façon de sauver l’environnement mais aussi une chance pour donner une deuxième vie ou une deuxième valeur à ces déchets négligés.

Projet de carrière d’Éric : Mon projet de carrière est principalement d’aider l’environnement, soit continuer ce projet pour qu’il devienne une réalité, où tout le monde sera conscient de l’impact de nos actions et de nos déchets. Sinon, j’aimerais devenir ingénieur, où je pourrai bâtir des machines ou des méthodes pour réduire la pollution, à aider des personnes dans le besoin et plus.


Les clubs étudiants universitaires


Projet Esteban, voiture solaire | Polytechnique Montréal

Représenté par Philippe Turcotte, Génie électrique, Polytechnique Montréal

Sommaire du projet : Esteban est une société technique qui conçoit et fabrique chaque deux ans une voiture entièrement propulsée à l’énergie solaire. L’équipe travaille avec acharnement pour produire des prototypes de plus en plus optimisés et ainsi contribuer à sa manière au développement de l’énergie durable. Esteban, c’est aussi un moyen de promotion des technologies vertes, ainsi que du génie et des sciences en général. L’équipe se fait notamment un devoir d’éveiller l’intérêt des jeunes à ces domaines par de nombreuses présentations dans des écoles primaires et secondaires. De plus, elle cherche sans cesse à participer à des événements offrant une tribune aux énergies renouvelables.

Projet de carrière de Philippe : Philippe serait intéressé par une carrière combinant innovation technologique dans le domaine de l’électrique et énergies renouvelables. Les moteurs électriques en particulier lui semblent une voie d’avenir à explorer.


PolyOrbite | Polytechnique Montréal

Représenté par Vincent Aguilar, Génie électrique, Polytechnique Montréal

Sommaire du projet : PolyOrbite designe, fabrique et teste des CubeSats (ou Nano-satellite) dans le but de réaliser des missions de recherche scientifique ou de prouver de nouvelles technologies satellitaires. Le premier lancement est prévue pour le Q3/Q4 de 2020 et permettrait de valider deux technologies : un moteur ionique nouvelle génération et un algorithme intelligent visant à réduire la redondance (démultiplication des composants) dans les satellites.

Projet de carrière de Vincent: Actuellement en ingénierie mécanique à Polytechnique Montréal. Je me destine à un début de carrière dans le « management consulting » afin de me créer un bon réseau et une réputation. À long terme, je pense créer mon entreprise afin de pourvoir contribuer à l’évolution du management et de l’innovation.