Mot du PDG

Mot du Président-directeur général

L’année 2015 a permis à l’ADRIQ de mettre en œuvre sa nouvelle vision stratégique tout en animant, à travers ses activités, l’écosystème de la recherche et de l’innovation que ce soit en matière d’accompagnement des entreprises, d’interventions publiques ou de mise en valeur d’entreprises innovantes et de divers projets de partenariat.

L’ADRIQ est fortement préoccupée par la place qu’occupent la recherche et l’innovation dans le développement de notre économie et de notre société. Malheureusement, les indicateurs nous confirment que nous devons nous mobiliser, acteurs de l’écosystème de la recherche et de l’innovation ainsi que les gouvernements, pour assurer la compétitivité de notre économie et de nos entreprises.

À plusieurs reprises, nous sommes intervenus, notamment dans divers médias, pour proposer une vision cohérente, structurée et financée en recherche et en innovation. L’ADRIQ a tenu un Forum InnovAction le 7 octobre dernier pour échanger et proposer sur les meilleures pratiques en matière de commercialisation de l’innovation. Avec nos événements Célébrons le Partenariat et le Gala des Prix Innovation, nous avons rejoint près de 700 personnes qui ont rendu hommage aux meilleurs projets de partenariat de recherche entre les entreprises, les universités, les centres de recherche et les CCTT ainsi qu’aux meilleures entreprises innovantes.

Avec notre réseau de 50 experts du RCTi en accompagnement auprès des entreprises, nous avons effectué près de 300 interventions en entreprise dans le cadre du programme « visites interactives » du CNRC-PARI. Aussi, avec notre nouveau programme Croissance Innovation, nous avons accompagné une quarantaine d’entreprises notamment dans le cadre du Parcours Innovation PME Montréal 2015, et ce, sans compter les cohortes réalisées dans diverses régions du Québec. Bref, plus de 2 000 heures d’intervention en entreprise.

Nous sommes fiers d’avoir accompli tout ce travail tout en respectant notre cadre budgétaire et le mérite revient à la petite, mais vaillante équipe de l’ADRIQ qui peut compter sur mon appui et que je tiens à remercier pour son engagement envers cette mission qui nous tient à cœur. Enfin, je tiens à remercier également le président, Albert De Luca, et les membres du Conseil d’administration de l’ADRIQ pour leur soutien et le partage de leurs riches expériences au service de l’écosystème de recherche et d’innovation et au bénéfice de nos entreprises.

Pascal Monette

Pascal Monette, Adm.A.,ASC
Président-directeur général


Mot du Président du Conseil d’administration

Chers amis,

Dans un contexte où l’économie québécoise peine à reprendre de la vigueur, il est désormais clair que l’innovation sera un vecteur important de création de richesse collective, de réussite, de croissance de l’économie, et ce, dans un contexte de vive concurrence au plan mondial.

En s’inspirant largement des dernières recommandations de l’OCDE dans son document « Stratégie de l’OCDE pour l’innovation 2015 – un programme pour l’action publique », l’ADRIQ inscrit ses orientations stratégiques dans une perspective mondiale tout en adaptant ses actions aux particularités de l’économie et de la société québécoises.

Les dernières données et études démontrent que le Canada et le Québec prennent du retard en recherche et en innovation, ce qui se traduira inévitablement par un retard économique et une perte de compétitivité. Dans une récente lettre ouverte, l’ADRIQ soulignait que l’innovation n’est pas un choix mais une obligation pour une société qui souhaite s’accomplir au plan économique.

Les gouvernements jouent un rôle de premier plan dans la mise en place de conditions favorables à l’innovation en aidant notamment les entreprises à surmonter certains obstacles. À cet effet, l’ADRIQ a développé plusieurs propositions destinées aux autorités gouvernementales : pour réussir, le Québec et le Canada doivent se donner rapidement un plan de match en recherche et en innovation qui soit structuré, cohérent, financé, pérenne et prévisible.

L’ADRIQ suggère de revoir la fiscalité sur le financement de la R&D en incluant le plus tôt possible les aspects de marketing et de commercialisation afin de favoriser des travaux de recherche qui incluent les considérations d’accès aux marchés. Nous suggérons l’instauration d’un programme public permettant aux entreprises innovantes d’accéder aux marchés du gouvernement du Québec (incluant Hydro-Québec) comme cela se fait déjà au niveau du gouvernement fédéral. Nous proposons également de revoir la fiscalité afin de favoriser l’implantation de processus visant l’automation industrielle permettant ainsi l’essor de fabrication avancée et des gains de productivité.

Les politiques de commercialisation des résultats de la recherche publique doivent aller au-delà du dépôt des brevets et l’octroi de licences. Compte tenu des investissements publics massifs consentis dans le développement de nouvelles technologies, nous appuyons l’instauration du concept du « Patent Box » qui permet une exonération partielle ou complète des revenus issus de l’exploitation commerciale de la propriété intellectuelle (brevet) développée au Québec. Un concept introduit dans le Budget 2016 du gouvernement du Québec.

De plus, les politiques gouvernementales doivent stimuler les investissements dans le haut débit, les infrastructures intelligentes et l’internet des objets afin de permettre aux entreprises de jouer un rôle actif au sein des chaînes de valeur mondiale (CVM).

Finalement, les systèmes d’éducation et de formation sont au cœur de l’innovation et de la productivité. Nous proposons l’ouverture des programmes, la modernisation des pratiques pédagogiques et le développement de la relève scientifique et technologique. D’ailleurs, le gouvernement doit soutenir et développer toutes les formations, du secondaire jusqu’aux programmes de deuxième et troisième cycles universitaires, qui mènent à des carrières scientifiques et technologiques.

Enfin, je tiens à souligner les contributions majeures consenties par les membres du Conseil d’administration passionnés par le concept d’innovation, les membres de la permanence de l’ADRIQ, une équipe dynamique, et finalement, le support incessant de nos partenaires gouvernementaux et privés !

Albert De Luca

Albert De Luca, FCPA, FCA
Président du Conseil d’administration