Fitbit déçoit, le titre plonge

janvier 31, 2017 12:47 Publié par Marilyn Remillard Catégorisé dans:

Le spécialiste américain des bracelets connectés Fitbit (NY., FIT) s’effondrait lundi à la Bourse de New York après un avertissement sur ses résultats et l’annonce d’un plan d’économies qui va réduire ses effectifs de 6%.

L’action plongeait de près 17% à 5,97 dollars vers 14h à la Bourse de New York.

Fitbit a prévenu lundi que ses ventes durant la période des fêtes avaient été nettement moins bonnes que prévu, et il a également livré des prévisions décevantes pour cette année.

Au quatrième trimestre, il estime que son chiffre d’affaires est ressorti entre 572 et 580 millions de dollars, soit bien en-dessous de la fourchette de 725 à 750 millions annoncée auparavant.

Fitbit est en outre tombé dans le rouge: il dit s’attendre à une perte par action comprise entre 51 et 56 cents, quand il visait jusqu’ici un bénéfice de 14 à 18 cents par action.

Et il dit encore s’attendre à «une comparaison difficile au premier semestre 2017». Au final sur l’ensemble de cette année, il table sur un chiffre d’affaires de seulement 1,5 à 1,7 milliard de dollars, quand les analystes espéraient en moyenne jusqu’ici 2,4 milliards, et une perte par action d’encore 22 à 44 cents.

Le patron-fondateur James Park invoque dans un communiqué «une demande plus faible que prévu durant les fêtes pour des appareils sur nos marchés les plus matures», affirmant y voir seulement «un ralentissement temporaire et une période de transition».

L’entreprise tente d’y réagir avec un plan de restructuration visant à réduire ses coûts d’environ 200 millions de dollars par an, et qui va se traduire par 110 suppressions d’emplois. M. Park et un autre co-fondateur, le directeur technologique Eric Friedman, vont aussi ramener leur salaire cette année à un dollar symbolique.

Les analystes de la Deutsche Bank voient dans les mauvais résultats de Fitbit le reflet «des difficultés auxquelles le marché des accessoires vestimentaires connectés est confronté».

Après une période initiale de forte croissance, la demande des consommateurs est en train de ralentir, et les acteurs du secteur sont obligés de se diversifier dans de nouveaux produits ou de chercher des débouchés dans de nouvelles zones géographiques.

Fitbit est le numéro un mondial des accessoires vestimentaires connectés, dont il avait encore écoulé 5,3 millions d’exemplaires au troisième trimestre (23% du marché), selon le cabinet IDC.

L’entreprise est surtout connue pour ses moniteurs d’activité mais s’efforce d’élargir son offre à des produits plus élaborés comme les montres, un type d’appareil qui a toutefois lui aussi du mal à décoller. Fitbit avait notamment repris en fin d’année dernière une partie du personnel et des brevets du pionnier des montres connectées Pebble, en faillite.

Source : Les affaires, 30 janvier 2017